fbpx
  • Accueil
  • L'école
  • Travaux des élèves
  • Mastère de Presse Culturelle / Dossier "Scénarios sous la supervision de Natalie David-Weill : Une scène imaginée par Maugan Rambour

Mastère de Presse Culturelle / Dossier "Scénarios sous la supervision de Natalie David-Weill : Une scène imaginée par Maugan Rambour

robert shunev mS1nlYbq1kA unsplash

Les étudiants du Mastère de Presse Culturelle ont suivi le cours de Nathalie David-Weill, sur le scénario. Nous vous partageons, quelques extrais de ces scénarios, les plus belles scènes imaginées et écrites par ces étudiants 

 

INT. NUIT

 

1895 - Léon est attablé, à côté de grands noms de la Littérature, dans un restaurant d'hôtel luxueux. Ses habits dépareillés dénotent avec les mondains qui l'entourent. L'air gêné, il ne sait pas ce qu'il fait là.

                    ALPHONSE

En trempant une madeleine

dans un café bien noir,

s'adresse à Léon

          ... Mais pourquoi donc se fatiguer

          à écrire pour un peuple qui ne

          nous lit pas messieurs? Je vous le

          demande. Notre métier est d'une

          inutilité flagrante pour qui ouvre

          les yeux et observe les rues de

          Paris. Qu'allez-vous donc donner

          un poème à lire à un boulanger? Il

          s'en servirait de tablier, voilà

          tout. Nous nous adressons à la

          bourgeoisie monsieur, et il faut

          en être conscients. Qu'en pensez

          vous?

                     LÉON

          Je ne pense rien monsieur.

 

Léon baisse les yeux, se renfrogne.

                     ALPHONSE

          Allons bon mon cher Léon, vous le

          savez très bien, si je vous ai

          convié ce soir c'est justement

          pour que vous exprimiez votre

          point de vue. Nous avons peu

          l'occasion d'écouter les

          réflexions d'un homme du peuple

          tel que vous. Elles doivent bien

          différer des nôtres jeune homme.

          Vous ne pensez pas?

 

                    LÉON

          Non monsieur, je ne pense pas.

 

Léon ferme les poings et les yeux brièvement.

 

                    ALPHONSE

          Mais enfin, vous êtes un homme tel

          que nous Léon, êtes-vous en train

          de m'avancer que vous n'êtes pas

          doté de la capacité de penser?

 

                    LÉON

          Non monsieur. Je suis bien aise de

          vous entendre dire que je suis un

          homme tel que vous. Pas plus, pas

          moins. Seulement je me retiens de

          penser dans un lieu suintant la

          condescendance. Je me retiens de

          penser devant des hommes qui

          rendraient tout principe de

          reflexion stérile. C'est penser

          monsieur, qui m'agace. Et je

          m'amuserais bien plus à tartiner

          de plâtre vos tristes poèmes avec

          mes mains sales qu'entendre

          d'aussi piètres pensées.

          L'écriture n'est pas affaire de

          bourgeois monsieur. Elle est un

          sacerdoce. Elle ne se discute pas

          autour d'un café et d'une

          madeleine, elle se fait.

 

Alphonse fait tomber sa madeleine dans son café.

 

Pin It

Dernières vidéos